Rechercher
  • Alesa

doucement doucement

"Un tatouage est la reproduction d'une histoire, d'une blessure, d'un sentiment dont on veut se souvenir éternellement"


Le tatouage peut, pour certains, avoir une connotation un peu négative. Même s’il est apparu dans le néolithique (eh oui j’ai fait mes recherches) pour des raisons thérapeutiques (pas trop compris comment se piquer la peau peut bien avoir un but thérapeutique mais bon…), il a longtemps servi à marquer des esclaves ou à identifier des prisonniers.


De nos jours, les tatouages sont considérés comme des œuvres d’art à part entière mis en avant pour leur graphisme et leur symbolique même si certains voient en ceux qui les portent des punks ou des délinquants.


Je fais partie de ceux qui considère le tatouage comme une œuvre d’art, et j’ai passé mon adolescence à regarder les Street Tattoo de Madmoizelle en attendant impatiemment d’avoir 18 ans pour être comme ces gens qui partageaient l’histoire de chacun de leurs tatouages.


Mes parents ne sont pas contre les tatouages (ils trouvent même le mien assez beau) mais j’attendais ma majorité parce que c’est tellement plus satisfaisant de ne pas avoir à demander la permission pour quelque chose qui concerne notre propre corps. Après tout c’est mon bras et si je veux écrire quelque chose dessus, c’est mon problème.


Et aux personnes qui m’ont dit de le faire à un endroit où je ne le verrais pas trop, je réponds que je n’ai pas payé une personne pour qu’elle écrive sur moi avec une aiguille pour finalement ne jamais voir le résultat (pour être tout à fait honnête je n’ai eu que très peu mal mais vous comprenez mon point).


Je n’ai cependant pas attendu d’avoir 18 ans pour décider ce que je me ferai tatouer et où je le ferai. C’était une décision mûrement réfléchie depuis plusieurs années et que je me vois mal regretter même si plusieurs personnes ont voulu instiguer le doute en moi en me le l’affirmant.

Je pourrais donc rediriger à cet article, dès aujourd’hui, tous ceux qui regardent mon tatouage et disent qu’il est très beau avant de me demander ce qu’il peut bien vouloir dire ainsi que ceux qui ne comprennent pas vraiment mon choix.

Arrive maintenant le moment où je vous explique. Depuis quelques semaines maintenant, j’arbore sur mon bras les mots « doucement doucement ». Et voici le moment où votre regard sur moi passe à l’incompréhension.


Ces deux mots, aussi banales peuvent-ils être, c’est la réponse de ma grand-mère à la question : Comment vas-tu ?


Ma grand-mère s’est occupée de mon grand-père atteint de la maladie de Parkinson pendant de longues années et jusqu’à sa mort. Et ce « doucement doucement », à la longue, je ne le supportais plus parce que, moi non plus, je n’en comprenais pas le sens. Pourtant, ces deux mots veulent tout dire.


La vie de ma grand-mère n’était pas toujours simple mais elle n’était du genre à se plaindre alors elle disait ces mots qui cachaient surement un peu de mélancolie. Et comme ça, ça peut paraitre triste mais en réalité elle se cachait derrière ces deux mots pour dire « je ne sais pas vraiment si je vais bien ou pas mais je continue d’avancer ».


J’essaye de vivre par cette phrase même si je n’y arrive pas toujours et je l’ai maintenant là, tatouée sur mon avant-bras comme un rappel.


J’ai déjà quelques idées de ce que sera mon prochain tatouage mais je ne le dis pas trop. Les gens doivent déjà accepter le fait que j’en ai un avant que j’en fasse un autres (la logique de cette phrase me dépasse également, ne vous inquiétez pas). Et puis, c’est tellement drôle de voir les gens observer mon bras pendant plusieurs minutes et se demander si les deux mots inscrit là s’effaceront un jour ou pas.


Enfin, pour tous ceux que j’ai redirigé ici, je sais que ça vous aurait pris moins de temps que je vous explique la signification de mon tatouage de vive voix mais c’est plus drôle pour moi de vous voir galérer.


0 commentaire
  • Instagram

© 2020 par life as it goes. 

Mauritius