• Alesa

Business owner à 18 ans


"Certains rêvent d’incroyables réalisations, pendant que d’autres restent éveillés et les font." Nolan Bushnell

Qui a dit que 18 ans c’était trop jeune pour créer son propre business ?

Surement pas Tessa qui moins d’un an après avoir passé son bac vient juste de lancer sa marque de vêtements !

Grande passionnée de dessin, de stylisme et de mode depuis qu’elle est toute petite, Tessa découvre au lycée qu’elle aime également le marketing et s’imagine déjà créer sa propre entreprise. Son bac en poche et dans l’incapacité (pour le moment) de partir étudier à l’étranger, elle commence un BTS en marketing qu’elle arrête après quelques mois. Elle a l’impression de repasser un bac tellement les cours ressemblent à ceux du lycée et après tout une année sabbatique ce n’est pas la fin du monde.


Quand on finit l’école, tout change et je peux comprendre son envie de ne plus stagner dans un environnement qui ressemble beaucoup trop à une page de sa vie qu’elle a tourné.


C’est là que notre histoire commence vraiment parce que c’est sortie de cette routine dans laquelle elle ne se reconnaissait plus, qu’elle commence à imaginer cette marque qu’elle nommera par la suite Aliaba en souvenir d’une petite fille Masaï, rencontrée à Durban et qui s’était extasiée en regardant certains de ses dessins. Cette marque, elle sera simple puisque selon Tessa « il ne suffit que de petits éléments pour avoir un look d’enfer ». Quant à son slogan, il est simple aussi, la mode pour tous ! Pour une clientèle dès 15 ans et sans âge limite, les tailles s’étendent du S au 2XL et Tessa le précise bien, ce sont des tailles européennes plus grandes que les tailles chinoises.


Je suis extrêmement contente de pouvoir mettre en lumière une marque qui prône des valeurs comme le body positivity par sa grande gamme de tailles. Je ne trouve pas éthique que les femmes portant une taille 34 aient plus de choix que les autres.


Ce projet, c’est avec ses parents, ses piliers, que Tessa le réalise. Sa mère l’aide dans le processus de création tandis que son père l’aide pour les actions marketing à mettre en place et le financement de la première collection. Dans le futur, elle aimerait suivre les traces de ce dernier, passionné par son métier et dont elle admire le parcours professionnel.


Elle inclut également ses amis dans l’aventure puisqu’après avoir nommé chacun de ses produits après l’un d’eux, elle les transforme en mannequin le temps d’une journée pour faire la communication de sa marque. Une façon de montrer qu’après une année assez angoissante pour elle, Tessa sait sur qui elle peut compter.


Mais ne vous m’éprenez pas. Ce n’est pas facile de réaliser un projet de cette envergure. Cependant aucune des difficultés rencontrées par Tessa n’ont de rapport avec son âge. En effet, elle évoque seulement des pannes d’inspiration et des envies trop grandes pour une entreprises naissante. Cela montre bien que les jeunes ont des ressources et qu’ils peuvent faire de grandes choses.


Nombreux sont ceux demandant aux jeunes de sortir leurs têtes des réseaux sociaux et de faire des choses différentes alors je trouve important de mettre en avant ceux qui le font. Comme Tessa, des jeunes dans le monde entier ont des idées qui cassent les codes et on ne leur donne pas assez de crédit.


Aujourd’hui, alors même que sa marque vient à peine de voir le jour, Tessa pense déjà aux prochaines collections rêvant déjà de voir un jour ses vêtements vendus dans le monde entier.


Je peux donc vous inviter à découvrir cette marque haute en couleurs sur sa page Instagram mais aussi sur Facebook. Et ça vous dirais de pouvoir dire dans quelques années : je la suivais depuis sa première collection ? Parce que je peux vous promettre que Tessa ira loin.


Ci-dessous découvrez quelques modèles de cette marque haute en couleurs comme sa créatrice.


344 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout